Avant d’aborder le sujet des Hungry Grass, laissez-moi faire un très bref résumé de la famine irlandaise (1845-1850).

      Une maladie affectant les patates a détruit les récoltes partout en Europe au milieu du 19ième siècle. En Irlande toutefois, la patate était le seul aliment qui nourrissait les pauvres. Cultivant sur de mauvais terrains (les terrains cultivables appartenaient à l’élite protestante anglaise), seule la patate pouvait y pousser. Lorsque la maladie attaqua les plants, la moitié de la population n’avait plus rien à manger. La Phytophtora infestans surgit en 1845, 1846, 1848 et 1849. Beaucoup furent emportés par les maladies alors que d’autres décidèrent d’émigrer. En 1841, la population était environ de 8 175 000 personnes et elle chuta jusqu’à environ 6 552 000 personnes en 1851. Elle ne cessera de chuter puisque la population continuera d’émigrer. Ceci est simplement une mise en contexte, pour de plus amples explications, vous pouvez consulter le très bon ouvrage de James S. Donnelly Jr, The Great Irish Potato Famine.

Les gens mourraient tellement vite que des familles entières sans vie étaient rassemblés dans leur petite maison de boue. Les gens n’avaient pas le temps d’enterrer tout le monde sans compter qu’ils avaient peur d’attraper les maladies tel que le typhus ou le choléra. Il arrivait donc qu’on abattait tout simplement la maison sur les habitants. Il y avait aussi des fausses communes improvisées partout dans le pays. Quoi qu’il en soit, on devine où sont les morts, mais on ne peut pas en être sûr. On dit que 1 500 000 aurait été emportés par la famine et les maladies.

973caaea2b7b3b7d3ca4b0b3ac968225
Voici un exemple de maison en terre

 Dans le folklore irlandais, Les Hungry Grass, Fear Gortach ou les herbes affamées seraient de hautes herbes maudites. Elles se trouveraient où sont les corps et on ne pourrait les distinguer des autres herbes. S’il nous arrivait de se retrouver à un de ses endroits, la faim nous empoignerait les entrailles et la mort s’ensuivrait…À condition d’avoir un peu de nourriture sur soi! On dit également que si on y dépose de la nourriture et qu’elle disparaît, il ne faut pas la chercher… Dans certaines versions, les fées (très populaires en Irlande) y joueraient aussi un rôle.

     Les Fear Gortach sont un héritage lugubre de cet évènement. Cette légende permet également de se souvenir de la faim et de la misère ressentie par le peuple irlandais. Les famines sont toujours d’actualité, bien évidemment, et ce genre d’histoire peut nous faire comprendre à quel point ces évènements affecteront les générations futures. Alors s’il vous arrive d’aller faire une randonnée en Irlande, n’oubliez pas d’amener un peu de nourriture…

Sources :

Donnelly Jr., S. James. The Great Irish Potato Famine, p. 132-168. Glouchester : The history Press, 2010 edn.

Nic Néill, Máire. “Wayside Death Cairns in Ireland.” Béaloideas 16, no. 1/2 (1946): 49-63. doi:10.2307/20522127. (la source date, mais elle présente bien le sujet comme je voulais l’aborder)